Pour les jeunes et les moins jeunes : le nouveau plaisir de la randonnée en refuge

Pas du tout de l'ordinaire ! La randonnée en refuge connaît une renaissance, notamment chez les plus jeunes. La randonnée classique de refuge en refuge allie aventure et sécurité, nature et culture, expérience et résultats. Nous te donnons des conseils pour faire de ta randonnée en refuge une expérience inoubliable !

Venir se reposer ici après une longue journée en montagne ? C'est un rêve ! Le refuge Muttekopf dans les Alpes de Lechtal. Image : Ralf Gantzhorn (†)

Pourquoi faire de la randonnée en refuge ? Une expérience incomparable !

Il existe de nombreuses bonnes raisons de planifier une randonnée de refuge en refuge. L'une d'elles, évidente, est le bagage. Ceux qui mangent et passent la nuit dans des refuges de montagne doivent transporter beaucoup moins de choses. Pas de tente, pas de réchaud, pas de combustible ou seulement une réserve d'urgence, moins de nourriture, etc. Celui qui ne doit pas porter tout cela marche plus facilement et avec plus d'entrain, a plus de force et de temps en route pour les pauses, les bonnes discussions ou l'expérience intense de la nature.

Pour d'autres personnes, c'est l'expérience communautaire en refuge qui est la raison décisive de cette forme de randonnée. Il n'y a pas d'autre endroit où l'on rencontre autant de personnes, pourtant si différentes, qui partagent la même passion pour la montagne et la nature. Lors d'une soirée conviviale après une randonnée éprouvante ou de la planification commune avant une journée au sommet, des amitiés, des cordées ou des partenariats peuvent naître pour la vie.

Les refuges de montagne sont souvent des points chauds de la culture gastronomique régionale. Image : Christoph Schörgi

Les refuges de montagne sont en outre des lieux authentiques de la culture et de la gastronomie régionales. Obélix n'était pas le seul à savoir que manger et boire sont le ciment de l'âme et du corps.

Enfin, les refuges de montagne sont un filet de sécurité important pour les entreprises alpines.

Les "boîtes de bivouac", comme ici à Ellmauer Halt dans le Wilder Kaiser, constituent un important filet de sécurité alpin. Image : Ralf Gantzhorn (†)

Conseil : dans de nombreuses régions montagneuses et naturelles d'Europe centrale, le camping ou le campement "sauvage" n'est pas autorisé ou seulement de manière limitée. Nous en disons plus sur le site ici.

"Ton expérience en refuge - manger et boire" : après une longue journée en montagne, tu termines la soirée confortablement installé sur la terrasse devant le refuge. Un schnaps de foin distillé par tes soins, un fromage de montagne et un morceau de lard de la vallée que tu as toi-même parcourue quelques heures auparavant. Est-ce qu'il y a plus beau" ?

Dîner avec vue au refuge d'Argentière dans les Alpes savoyardes. Image : Ralf Gantzhorn (†)

Petit guide des refuges : planification et réservation

Pour que la randonnée en cabane soit une expérience formidable, il faut faire attention à certaines choses avant et sur place. Car les refuges ne sont pas des hôtels. Leur exploitation sur des crêtes exposées ou dans des vallées reculées est coûteuse et complexe. C'est pourquoi les refuges vivent de la cohabitation entre l'hôte et le client. Pour faciliter la vie de tous les participants, tu devrais, dans la mesure du possible, réserver ta ou tes nuitées à l'avance. Ainsi, tout le monde peut mieux planifier. Si tu souffres d'intolérances alimentaires ou si tu as des souhaits particuliers en matière de nourriture, il est préférable de te mettre d'accord à l'avance.

Le Refuge de la Charpoua, dans le massif du Mont-Blanc, est un lieu très accueillant. Image : Ralf Gantzhorn (†)

Une réservation n'a d'ailleurs de valeur que si elle est effectuée. Il est fâcheux pour toutes les personnes concernées qu'une réservation ne soit pas annulée ou seulement à la dernière minute. Dans le pire des cas, le restaurateur a déjà annulé la réservation d'autres clients, qui se retrouvent alors sans toit, alors qu'il y a encore des lits disponibles. Si nous sommes tous justes, les refuges ne doivent pas non plus prélever de frais d'annulation.

La salle à manger de la Berliner Hütte est tout aussi accueillante. Photo : Ralf Gantzhorn (†)

Petit guide des cabanes : sur place

Sur place, c'est une bonne idée d'apporter les vêtements sales ou mouillés directement dans les séchoirs et de se glisser dans les vêtements et chaussures confortables de la cabane. Ainsi, la cabane reste propre et la soirée agréable. Comme il y a beaucoup de monde dans un petit espace, il est recommandé de préparer toutes les choses nécessaires pour la nuit et le matin dès ton arrivée, afin de ne pas avoir à fouiller dans ton sac à dos au milieu de la nuit avec la lumière et le bruit.

Bonne nuit ! Image : Moritz Attenberger

Malgré toutes les beautés de la vie en refuge, la super nourriture locale et compagnie : un refuge de montagne n'est pas un centre de bien-être. Tu peux à nouveau profiter de douches à effet pluie, d'un menu à cinq plats et d'une connexion Wi-Fi gratuite dans la vallée, mais un tel luxe est difficilement accessible pour les refuges de montagne isolés. Cela vaut d'ailleurs souvent aussi pour le chargement d'une douzaine de batteries de vélos électriques. Dans ce cas, il est recommandé de se renseigner au préalable sur l'alimentation électrique. Mais la simplicité comparative a aussi de nombreux avantages, car tu peux te concentrer intensément sur l'expérience de la montagne.

Un jeu de société plutôt qu'un smartphone. Image : Tristan Hobson

Il est d'ailleurs absolument interdit d'installer un campement à portée de vue d'une cabane sans avoir rien demandé et d'utiliser l'infrastructure sans payer. Si la cabane est complète jusqu'au toit, tu peux toutefois demander gentiment si cela est possible à titre exceptionnel. Dans ce cas, tu devrais au moins acheter ton repas au restaurateur. Consommer la nourriture que tu as apportée n'est pas juste. Après tout, les revenus générés par la vente de nourriture sont une source de revenus essentielle à la survie des gérants de cabanes. En revanche, ceux qui ramènent eux-mêmes leurs propres déchets dans la vallée au lieu de laisser les autres s'en charger se font dans tous les cas des amis.

Conseil : le DAV-Summit-Club a rédigé un guide pratique sur les refuges.

L'embrasement des Alpes ! Image : Val Gardena / Harald Wisthaler

"Ton expérience en refuge - Alpenglühen" : peu importe que tu regardes vers l'ouest ou vers l'est. Par beau temps, le soleil se reflète dans de fantastiques tons orangés et violets sur les montagnes environnantes, les surfaces enneigées et les pentes abruptes. La lumière indirecte éclaire la sphère au-dessus des ombres d'un voile presque fantomatique"

Les refuges, une alternative à la tente respectueuse de la nature et bivouacs

De nombreuses personnes sont attirées par la nature. Chez VAUDE, nous nous en réjouissons. Mais cela s'accompagne aussi d'une grande responsabilité. En effet, les régions de montagne particulièrement sensibles ne sont pas les seules à être rapidement dépassées sur le plan écologique par un afflux de personnes en quête de repos. Les refuges apportent ici une contribution importante à la réconciliation de la découverte de la nature et de sa protection. Ils concentrent la pression d'utilisation sur quelques endroits appropriés et mettent à disposition l'infrastructure nécessaire pour que de nombreuses personnes puissent profiter de l'extérieur tout en respectant la nature. Dans la pratique, cela signifie : moins de perturbations pour la faune sauvage dues à de nombreux campements isolés et dispersés ; moins de latrines humaines avec du papier toilette qui pourrit lentement ; moins de déchets ; moins de dommages dus au compactage et à l'érosion du sol dus à des campements dans des endroits inappropriés, et ainsi de suite. C'est ainsi que les refuges rendent les bivouacs occasionnels vraiment agréables !

Le refuge Berliner Hütte dans les Alpes de Zillertal est un vrai classique. Image : Ralf Gantzhorn (†)

Le classique alpin : DAV, ÖAV et autres

Oberreintalhütte, Falkenhütte, Monte-Rosa-Hütte ou Büllelejochhütte. De nombreux refuges de montagne sont des icônes des Alpes. Le partenaire VAUDE, le DAV ("Club alpin allemand") et ses organisations partenaires comme l'ÖAV ("Club alpin autrichien") ou le CAS ("Club alpin suisse") gèrent plus de 2000 refuges dans tout l'espace alpin, que les membres du DAV peuvent tous utiliser à prix réduit. Le DAV possède à lui seul bien plus de 300 refuges dans les Alpes et les moyennes montagnes allemandes et françaises. D'autres régions de montagne comme la Slovénie, la Slovaquie, la Pologne, l'Espagne, la Suède ou la Norvège possèdent également un réseau dense de refuges gérés ou non. Ce sont des possibilités d'excursions pour toute une vie de randonnée !

Sans luxe, mais tout près de toi ! Image : Ralf Gantzhorn (†)

Moderne Times : mycabin.de, une alternative universelle pour les personnes vivant en autarcie*

MyCabin.de peut être une bonne alternative pour les personnes qui voyagent spontanément ou qui souhaitent faire des excursions en dehors des grandes régions de montagne. L'entreprise de Constance propose des hébergements privés ou des appartements de vacances, ainsi que des emplacements pour camping-cars ou tentes. Tu peux ainsi planter ta tente confortablement, en toute sécurité et en toute légalité, par exemple chez une famille de paysans dans un pré de montagne. Adrian de MyCabin résume l'idée : "Tout est né lors de longues randonnées dans les Préalpes, lorsque l'équipe a remarqué les refuges et les cabanes au bord des chemins. L'objectif de notre start-up du Bade-Wurtemberg : permettre de vivre de véritables expériences dans et avec la nature. Aujourd'hui, tu trouves chez MyCabin plus de 1.000 emplacements de camping et de caravane privés pour tous ceux qui aiment se promener dans la nature"

Les marmottes - les têtes de caractère des Alpes. Image : Katynn | Généré par l'IA | Adobe Stock

"Ton expérience en cabane - nature: les choucas des Alpes picorent intrépidement les miettes du dîner sur les tables. Haut dans le ciel, un aigle royal ou un gypaète barbu décrit majestueusement ses cercles. Une marmotte siffle de manière stridente pour avertir d'un danger. Une salamandre des Alpes, noire comme le jais, sort de sa cachette après une averse. Même et surtout là où les animaux sauvages sont habitués à la présence de l'homme, tu peux faire de nombreuses et merveilleuses observations. Cela vaut la peine de garder les yeux ouverts"

Les refuges, un compromis entre cabane & bivouac

Lorsque ni les grands refuges de montagne ni les spots MyCabin ne sont disponibles, un refuge est un bon choix pour une nuit minimaliste dans la nature. C'est en quelque sorte un mélange de refuge de montagne et de bivouac. On y dort au sec et à l'abri du vent, tout en profitant des bruits de la nuit sans aucun filtre. En ce qui concerne les toilettes, la cuisine et le repos nocturne, ce qui vaut pour le bivouac ou la nuit sous tente s'applique également : ne laisse aucune trace, sauf tes empreintes de pas, et n'emporte rien d'autre que les déchets des autres.

Quelle expérience ! Image : Moritz Attenberger

Conseils pratiques pour la réservation, la planification, le voyage, etc.

Chez VAUDE, nous sommes convaincus que le voyage fait déjà partie du plaisir. De nombreuses régions et aventures fantastiques sont facilement accessibles en transports publics ou même à vélo plutôt qu'en voiture. Ainsi, tu n'es pas obligé de terminer ton voyage là où tu l'as commencé. Certaines régions alpines proposent même des taxis collectifs entre la gare et le lieu de départ. Pour en savoir plus, consulte l'initiative Rail & Montagne du DAV.

Pour la réservation des refuges, l'AVS, le DAV, l'ÖAV et le CAS ont mis en place un portail en ligne commun à tous les pays. Le bon vieux coup de fil directement au refuge est bien sûr aussi possible. Les réservations d'hébergements sur mycabin.de fonctionnent confortablement via le site web.

Si tu vas de refuge en refuge, n'hésite pas à prévoir des temps de pause. Image : Ralf Gantzhorn (†)

C'est justement lorsque tu veux faire des randonnées de refuge en refuge qu'il vaut mieux planifier tes temps de marche de manière conservatrice, en tenant compte des temps de pause ou du fait que tu t'arrêtes au bord du chemin pour prendre la photo de ta vie (nous l'avons noté ici). Les indications sur les temps de marche dans les guides de randonnée ou sur les panneaux sur place ne sont pas des valeurs de mesure normalisées, mais des estimations approximatives pour aider à la planification personnelle. Selon les conditions météorologiques, la forme physique, les bagages et la culture de la pause, les temps de marche peuvent varier considérablement. Ce n'est qu'avec une marge de temps que tu pourras vraiment profiter du repas, de la convivialité et du calme du refuge !

Planifier le lendemain en buvant du vin rouge du Tyrol du Sud ? C'est le rêve ! Bien sûr, c'est aussi possible avec l'Almdudler. Photo : Christoph Laue

Conseils d'équipement

Tente, réchaud et autres accessoires peuvent rester à la maison lors d'une randonnée en refuge. Quelques éléments doivent cependant absolument faire partie des bagages pour que la randonnée de refuge en refuge soit une réussite :

  • Rien ne peut empêcher de dormir autant que le mauvais oreiller. Plutôt que d'emporter son oreiller préféré, le Pillow M, léger et facile à emballer, est une excellente alternative.
  • Un sac de couchage de refuge, par exemple un sac de couchage à couverture fin et léger comme le VAUDE Navajo 500 SYN, permet d'économiser du temps et de l'argent en refuge et te sert de chaleur d'urgence si quelque chose se passe mal en cours de route et que tu dois éventuellement attendre les secours.
  • Une serviette compacte en microfibre permet d'économiser du poids et sèche très rapidement. Ainsi, tu es en sécurité pour la douche du soir.
  • Ce sont les pauses qui rendent une randonnée parfaite. Au lieu d'être mouillé et d'avoir froid sur le sol, il est tout simplement plus confortable de s'asseoir sur un coussin comme le Seat Pad Light.
  • Peu importe le temps qu'il fait : une veste et un pantalon de pluie sont toujours indispensables dans les bagages !
Bonne route ! Photo : Ralf Gantzhorn (†)